5594636637.8dd5717.718a7d5c0b534ba18496c5e0daead375
Lait de vache

Naturopathie et lait de vache

Nous y voilà ! LE sujet qui fâche : le lait de vache. Pourquoi est-il mauvais pour notre santé et celle de nos enfants ?

Regardons les animaux, une fois sevrés du lait maternelle, ils cessent d’en consommer. Seul l’Homme continue à boire du lait de vache au-delà de la petite enfance. De plus, l’Homme est la seule espèce sur Terre qui consomme le lait d’une autre espèce à l’âge adulte après le sevrage. Aucun animal vivant sur la planète ne continue à boire du lait après le sevrage (et encore moins celui d’une autre espèce) et aucun animal ne souffre de maladie osseuse… Ceci n’est pas un hasard et je vais tenter de vous expliquer pourquoi il est déconseillé de consommer du lait de vache à l’âge adulte avec tout le bon sens de la naturopathie.

Lait de vache & formule du lactose

Le lait de vache contient un sucre le lactose, lequel est digéré par une enzyme le lactase. Malheureusement les lactases cessent d’être sécrétées après la petite enfance : voilà pourquoi les animaux cessent de boire le lait maternelle une fois sevrés.

Le lactose non divisé par cette enzyme manquante (le lactase) va alors passer dans le sang sous forme de macro molécules (grosses molécules) alors que les autres nutriments qui passent dans le sang doivent être préalablement divisées en micro molécules (glucose/acides aminés/acides gras) par les enzymes pour être bien assimilées par l’organisme et pénétrer dans nos cellules.

Notre système immunitaire lance alors des processus d’inflammation pour se protéger de ces (macro) molécules étrangères. Et en s’emballant de manière trop fréquente, notre système immunitaire va finir par développer des allergies à des agresseurs anodins (graminées, poils de chat, etc..) et/ou des inflammations chroniques (rhino pharyngites, rhinites, sinusites, tendinites, dermatite, etc..).

Lait de vache & maladies auto-immunes

Certaines protéines de lait (la caséine) sont, dans leur structure, différentes et similaires à la fois à certaines protéines de notre organisme (celles que notre corps fabrique lui-même). Ces protéines de lait étant difficilement digérées, elles vont alors, en abîmant la paroi intestinale, pouvoir traverser celle-ci et passer à nouveau dans le sang  sous forme de macro molécules.

Notre système immunitaire va alors s’attaquer à ces macro molécules étrangères (qui n’ont rien à faire dans notre organisme) pour se protéger. Mais il va aussi éliminer ses propres molécules (il va les confondre de par leur similitude) dont la structure ressemble à ces molécules étrangères : notre organisme se retourne contre lui ! Ce processus peut conduire à l’apparition de maladies auto-immunes. Notre système immunitaire s’auto attaque. Et certaines personnes finissent par être totalement intolérantes au lactose. Pour éviter cela, notre consommation de lait de vache est donc à maîtriser, limiter et si possible à supprimer

Lait de vache & hyperméabilité intestinale

Notre intestin est une des plus grandes barrières entre l’extérieur et notre organisme (300m2 😮). Il nous permet d’apporter les nutriments dont chacune de nos cellules ont besoin pour se construire et fonctionner. L’intestin va tout d’abord réduire en molécules simples les aliments que nous ingérons pour leur permettre d’être utilisables par les cellules, il va absorber ces molécules en passant par un type de cellules appelées entérocytes. Ces cellules sont soudées les unes aux autres par des jonctions serrées qui agissent comme une sorte d’élastique pour permettre aux entérocytes de rester bien accrochées et de créer une barrière efficace.

Toujours à cause de la carence en lactase (enzyme nécessaire à la digestion du lactose), notre intestin va s’épuiser pour diviser ce sucre (le lactose) provoquant alors des fermentations récurrentes qui vont abîmer notre flore intestinale (appelé microbiote intestinal). En effet ces fermentations répétées vont finir par détruire les entérocytes et détendre alors l’élastique que forme les jonctions serrées des entérocytes, transformant ce microbiote intestinal en véritable passoire, laissant ainsi passer des toxines et des molécules qui ne devraient pas passer dans notre organisme.

Face à ces agresseurs, notre système immunitaire est là encore hyper sollicité, anormalement sollicité…

Il va finir par s’affaiblir et ne plus pouvoir nous protéger contre certaines agressions. D’où la prolifération dans nos civilisations consommatrices de lait de vache de nombreuses pathologies telles que l’arthrose, les allergies, l’acné, les maladies auto-immunes…

Europe vs Asie : lait de vache & système osseux

Les pays qui consomment le plus de produits laitiers dans le monde (les pays scandinaves) ont les os les plus lourds, sont les plus grands, et ont le plus de fractures du col du fémur et le plus de cas d’ostéoporose.

A l’inverse, les populations d’Afrique et certaines d’Asie qui consomment moins de lait de vache affichent une bonne santé osseuse et peu de cas d’ostéoporose, avec des taux de fracture les plus bas qui soit. Ce n’est pas une coïncidence.

Le lait de vache contient un facteur qui active les ostéoclastes, ces cellules qui détruisent les tissues os.

Facteurs de croissance et toxines du lait de vache

Les produits laitiers d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec ceux que buvaient vos parents ou grand-parents. Là où les vaches de vos parents et grand-parents broutaient de l’herbe d’un sol sain, nos vaches, bourrées d’antibiotiques, sont nourris de végétaux remplis d’insecticides, de fongicides, de pesticides, etc. Comprenez bien que vous ingérez cela aussi dans les produits laitiers que vous consommez.

De plus le lait de vache contient en grande quantité un facteur de croissance qui va booster la multiplication de nos cellules car ce facteur de croissance est destiné à un veau, et celui-ci pèse 300kg. L’Homme ne pèse pas 300 kg !  Nous pouvons donc imaginer les dégâts énormes que ce facteur de croissance peut faire au niveau de nos divisions cellulaires… de toutes nos cellules, même les cellules pré-cancéreuses et les cancéreuses !

De nombreuses données épidémiologiques nous indiquent qu’une consommation abusive de produits laitiers pourrait être un facteur de risque pour le cancer de la prostate.

Lait de vache, vitamine D & calcium

Les produits laitiers font dramatiquement chuter les concentrations de vitamine D, cette même molécule qui nous aide à fixer le calcium !

Lait de vache & calcium/phospohore

Ah voici la belle excuse pour vous faire acheter des produits laitiers : sa teneur en calcium.

Sauf que ce que l’on ne nous dit pas est que le calcium du lait de vache n’est assimilable qu’à 30 % par notre organisme, alors que le calcium de la plupart des végétaux est assimilable entre 40 et 60%. On trouve du calcium biodisponible dans les légumes verts, les amandes, les noix, les sardines, les choux,.. Il vaut donc mieux privilégier un lait d’amande à un lait de vache.

De plus, notre corps maintient un équilibre entre le calcium, le phosphore et le magnésium. Les produits laitiers contiennent pas mal de calcium, beaucoup de phosphore et un tout petit peu de magnésium. Au vue de ce déséquilibre, notre organisme va spolier dans ses réserves de calcium (dans les os) et de magnésium (essentiel pour nos neurones). Les produits laitiers finissent donc par nous déminéraliser.

En conclusion, le calcium des produits laitiers est très mal absorbé par notre organisme, qui plus est ces mêmes produits laitiers épuisent nos réserves de calcium pour pouvoir être assimilés par notre organisme.

Le calcium des végétaux

Outre le lait d’amande, il existe une multitude de substituts au lait de vache contenant du calcium tels que :

  • le lait de noisette,
  • le lait de coco,
  • le lait de riz,
  • le lait d’avoine,
  • le lait d’épeautre,
  • le lait de sarrasin,
  • le lait de quinoa,
  • le lait d’orge
  • Les laits à base de graines
  • Lait de sésame
  • Lait de graines de courges

Les alternatives aux yaourts : à remplacer au mieux par une compote ou si cela vous est trop difficile d’y renoncer, à remplacer par des yaourts au lait de brebis ou au lait de chèvre.

L’alternative au beurre : l’huile de coco

Les alternatives au fromage au lait de vache : leur consommation doit être très occasionnelle et privilégier les fromages de brebis et/ou de chèvre.

Et pour conclure une petite vidéo du professeur Joyeux qui nous explique clairement et avec humour l’impact du lait de vache sur notre santé https://www.youtube.com/watch?v=MM8ah4xa52I

Maintenant que vous savez presque tout sur les conséquences du lait de vache sur notre organisme, réfléchissez à l’aliment de substitution qui vous satisfera tout autant !

Naturellement vôtre,

So.

Pour prendre rendez vous : sonia-naturopathe-bordeaux.fr

Crédit photo : www.pexels.com www.fotolia.com unsplash.com www.thinkstockimages.com