5594636637.8dd5717.718a7d5c0b534ba18496c5e0daead375
bysohealthy naturopathie bordeaux

Lumière sur l’hypothyroïdie

Un dérèglement devenu commun

Dans le cadre de consultations naturopathiques post-covid, j’ai remarqué la récurrence de l’hypothyroïdie. Lors de mes échanges conséquents avec les médecins, ce constat a été confirmé. A ce stade, aucune étude n’a été consacrée à ce sujet, les constats s’appuient donc sur nos observations sur le terrain.

Cet article a pour objectif 🎯de faire la lumière sur ce dérèglement de plus en plus répandu. Il répond à vos questions les plus fréquentes, vous aide à comprendre ses mécanismes et ses effets, en passant par un soutien naturel des plus précieux.

⚠️ Je précise aussi d’emblée que l’accompagnement d’un médecin est nécessaire en cas de dérèglements de la thyroïde. La naturopathie est une aide efficace en prévention et en soutien, mais elle ne remplace en aucun cas un suivi allopathique.

Rencontre avec la thyroïde

Elle est toute petite, cette glande : 4cm de large, 3cm de haut et environ 15gr sur la balance. Mais qu’elle est capitale pour le bon fonctionnement de notre organisme ! 

Lovée au-dessus du larynx, contre la trachée, elle est constituée de deux lobes séparés par un isthme. Sa jolie forme rappelle celle d’un papillon 🦋 – la nature s’exprime une fois de plus au travers de nos organes, jusque dans leur forme.

Hypo- et Hyperthyroïdie

Cette glande gère au doigt et à la baguette une multitude de fonctions vitales. Son vaste champ d’action ne présage forcément rien de bon en cas de dérèglements… Parmi ces derniers, on distingue l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie. 

La première correspond à une sécrétion excessive d’hormones thyroïdiennes. La seconde à une sécrétion insuffisante de ces mêmes hormones. C’est ce deuxième cas que nous allons étudier dans cet article (hors hypothyroïdie d’origine auto-immune, Hashimoto).

Frustre ou avérée ?

L’hypothyroïdie peut être frustre ou avérée. La première est une pathologie non déclarée médicalement, conformément au taux de référence de TSH sur lequel s’appuient médecins et naturopathes. L’identification du stade frustre de l’hypothyroïdie est primordiale car elle permet une prise en charge en amont, avant l’accentuation du trouble et le passage au stade avéré. Pour la définir, pensez à vous rapprocher de votre naturopathe.

Quel est son champ d’action ?

Parmi les fonctions-phares de la thyroïde, citons tout d’abord la gestion de nos processus métaboliques, la régulation de la température 🌡 corporelle, la stimulation du système endocrinien.

Mais aussi :

  • le développement cérébral, 
  • le renouvellement osseux, 
  • la combustion cellulaire, 
  • le rythme cardiaque, 
  • la fonction digestive (enzymes digestives et stimulation des muscles lisses de l’intestin) 
  • ou encore l’assimilation du calcium et du phosphore.

Rien que ça !

Quand la machine est grippée

Une thyroïde en bon état de marche sécrète les hormones T3 et T4, respectivement la tri-iodothyronine et la thyroxine. La T4 est une hormone dite inactive qui se transforme 🔄 en réalité en T3, dite hormone active. Cette transformation advient en grande partie dans le foie – nous en reparlerons plus bas.

Autre hormone-clé, la TSH (Thydroïd Stimulating Hormone). Elle est relâchée par l’hypophyse et agit quant à elle directement sur le fonctionnement de la glande thyroïde.

Pour traquer un éventuel dysfonctionnement thyroïdien, il convient de faire une analyse sanguine 🩸. Elle permettra d’identifier de façon claire le dosage hormonal et d’orienter en conséquence la prise en charge.

Hypothyroïdie, quels symptômes ?

En amont de cette analyse, certains symptômes peuvent nous alerter. Parmi les plus fréquents :

  • Frilosité accrue et marquée en toute saison
  • Fatigue chronique
  • Somnolence, troubles du sommeil
  • Perte de cheveux, cuir chevelu sec
  • Ongles cassants / mous
  • Prise de poids
  • Ralentissement du rythme cardiaque (torpeur, lenteur…)
  • Constipation
  • Douleurs articulaires
  • Dérèglements du cycle menstruel
  • Abattement, dépression
  • Problèmes digestifs
  • Visage gonflé au réveil
  • Œdème

La liste est longue. Cela explique aussi tout l’intérêt que présentent le dépistage de l’hypothyroïdie dès la naissance et un suivi régulier.

Quel rôle pour la naturopathie?

Quel rôle la naturopathie peut-elle jouer ? Dans le cas de l’hypothyroïdie, elle propose plusieurs approches permettant de soutenir de manière naturelle 🌿 et à long terme l’action de la thyroïde. 

Son objectif consiste donc à identifier et à se pencher sur les causes profondes de son dysfonctionnement, et pas uniquement sur les symptômes qui en sont une manifestation finale.

Focus sur l’iode

Une analyse de l’iode (iodurie) permet de voir si le sujet le capte correctement. Les médecins ne font pas pratiquer ce dosage systématiquement. N’hésitez donc pas à leur demander.

Une carence en iode peut être à l’origine de la faible activité thyroïdienne avec une baisse de la production d’hormones et de la conversion des T4 en T3 actives. L’iode intervient directement dans cette phase. Il convient donc de l’intégrer grâce à l’alimentation : poissons, coquillages 🦀, crustacés, algues sont de bonnes sources d’iode.

Ces apports alimentaires doivent s’accompagner d’une réduction significative de l’absorption de crucifères (choux en tout genre), colza, millet, soja notamment crus. Ces aliments ont tendance à limiter la captation de l’iode par l’organisme.

En cas d’hypothyroïdie avérée, cette modification de l’assiette peut aussi s’accompagner d’une supplémentation en iode. Comme toujours, adressez-vous à votre thérapeute avant de vous lancer dans la prise de compléments.

🛑 Attention au sel iodé proposé en grande surface ! L’iode qu’il contient n’a rien de naturel. Il est à proscrire. 

Quand le système nerveux baisse les bras

Système nerveux et système glandulaire avancent de concert. Le stress fatigue les glandes surrénales qui agissent sur l’activité de l’hypophyse, glande impliquée dans la synthèse de la TSH. Or, lorsque le premier système commence à faiblir pour cause de surexposition au stress 😰 sous toutes ses formes, le deuxième tend à prendre le relai. Preuve, une fois de plus, que tout est relié dans notre corps.

Cela se traduit notamment par une augmentation de la production des hormones thyroïdiennes. Toutefois, si l’exposition au stress persiste, le système glandulaire peine à maintenir de hauts niveaux de production. On constate alors une phase d’épuisement thyroïdien pouvant déclencher l’hypothyroïdie.

L’effet du cortisol

Lorsque nous sommes stressés, l’organisme est appelé à faire face en produisant plus de cortisol. Ce dernier a lui aussi un effet direct sur la thyroïde. Il entraîne une diminution des hormones thyroïdiennes, contribuant ainsi à l’hypothyroïdie.

SOS sommeil

Afin d’aider le système nerveux à reprendre des forces et à se régénérer, commençons par le sommeil 😴. Ce dernier permet un calibrage du physique et du psychique. Il est primordial pour toute personnes souhaitant retrouver un équilibre global.

Siestes, aménagement des plages de repos, oxygénation (en plein air !), méditation pleine conscience, yoga, luxopuncture, sophrologie et relaxation sont quelques-unes des approches naturelles possibles. J’aborde le sujet du sommeil en détail dans cet article de blog que je vous invite à consulter.

Activité sportive : la modération s’impose

Lorsque l’épuisement est là, inutile (impossible !) de forcer la main. L’individu en hypothyroïdie n’aura tout simplement pas l’énergie nécessaire pour pratiquer une activité sportive soutenue. Or, le sport permet de faire baisser le niveau de cortisol et stimule les hormones thyroïdiennes. Il est donc bénéfique et conseillé en cas d’hypothyroïdie.

La solution ? Pratiquer une activité douce. Modérer le mouvement en augmentant progressivement l’effort. Choisir un sport qui procure du plaisir 😌 (le mental demande sa part !) et avancer progressivement, sans forcer. Il est important de se rappeler que le sport pratiqué de manière excessive est contre-productif. Je vous en dis plus à ce propos dans cet article.

La marche 🚶🏽‍♀️se prête à merveille à une reprise du mouvement en douceur. Mieux encore si le sujet peut la pratiquer en plein air (earthing, marche nordique…).

Adaptons-nous

Les plantes adaptogènes sont extrêmement intéressantes lorsqu’il s’agit de soutenir notre système nerveux. Elles agissent comme de véritables régulateurs métaboliques capables de renforcer 🛡 les capacités d’adaptation de notre organisme.

Parmi les plantes adaptogènes à prendre en considération, citons la rhodiola, l’ashwagandha ou l’astragale de Chine.

Du côté des plantes

Attardons-nous du côté des plantes 💚 et de toute leur formidable richesse ! En phytothérapie, par exemple, laminaire et ficus sont utiles en cas d’hypothyroïdie. Le gugul augmente la synthèse de l’hormone T3 en agissant directement sur la conversion de la T4 en T3. Parallèlement, il favorise l’assimilation de l’iode.

L’aromathérapie propose l’huile essentielle de marjolaine des jardins pour réguler la thyroïde et l’huile essentielle de myrte commun à cinéole en cas d’hypothyroïdie.

La gemmothérapie a aussi sont mot à dire grâce à l’amandier et au bouleau.

Soutenir le foie

Nous avons vu plus haut que la conversion de l’hormone T4 en T3 advient à 60% dans le foie. A partir de là, il peut être utile de soutenir la fonction hépatique par les plantes : chardon-marie, desmodium et artichaut, par exemple.

Par ailleurs, l’hypothyroïdie est souvent associée à la “maladie du foie gras”. Le foie “s’engraisse”, le sujet atteint prend du poids et il est moins sensible à l’action de l’insuline. Un apport significatif en bonnes matières premières est essentiel. Préconiser dans ce cas la consommation d’artichauts, asperges, radis noirs, curcuma, thé vert, ail, avocat.

N’oublions pas l’impact du sucre sur le foie. Ce dernier stocke, redistribue les sucres ou puise dans les réserves pour en fabriquer (néoglucogenèse). Trop de sucre est nuisible pour le foie, d’où la nécessité de limiter son absorption. Préférons la consommation de sucres non raffinés, d’aliments à indice glycémique bas (légumineuses, céréales semi-complètes ou comlplètes et d’huiles végétales (bio, première pression à froid) sources de bons acides gras (plus d’informations ci-après).

Voilà encore un bel exemple du lien entre nos différents organes, d’où toute l’utilité d’une approche naturopathique holistique.

Métaux lourds

La thyroïde a la particularité de capter beaucoup d’éléments extérieurs. Cela veut aussi dire qu’elle est soumise à l’effet des agents présents dans notre environnement. Parmi eux, les métaux lourds. Nuisibles à notre organisme en général, ils s’attaquent à notre système immunitaire et perturbent aussi le fonctionnement thyroïdien. 

A travers l’absorption de miso, chlorella, chardon-marie ou charbon végétal, la naturopathie permet d’intervenir en prévention. Ces plantes favorisent la chélation des métaux lourds dont elles évitent l’absorption et l’accumulation.

Pourquoi et comment adapter notre assiette 

Nous l’avons vu tout au fil de cet article, l’hypothyroïdie se gère souvent par des apports ciblés grâce à l’alimentation🍲. Il s’agit de combler des carences (iode, sélénium…) et de favoriser le métabolisme cellulaire à l’aide des acides gras (les bons gras !). J’en ai parlé dans cet article de blog et dans ce Reel disponible sur Instagram.

Le sélénium mérite une mention spéciale. En effet, il favorise la production des hormones T3 et T4. La nature fait bien les choses : les aliments qui en contiennent sont ceux riches en… iode ! Ou comment faire d’une pierre deux coups. 

Zinc, molybdène, manganèse et vitamines du groupe B sont essentiels car ils sont des cofacteurs à la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Retour aux fondamentaux

Afin de favoriser l’équilibre ⚖️ thyroïdien, mieux vaut adopter une alimentation vraie, vivante et saine. En d’autres termes, apporter des nutriments utiles à notre corps, qui en encouragent les processus organiques quels qu’ils soient.

Par ailleurs, les céréales complètes couplées aux légumes permettent d’apporter une dose intéressante de vitamine B, efficace contre le stress et intervenant dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Les huiles végétales sont d’excellentes sources d’acides gras insaturés : huile de noix, d’olive, de noisette, de lin… Elles améliorent la qualité des membranes cellulaires et donc l’absorption par la cellule des nutriments et hormones nécessaires.

Qui plus est, préférons une assiette riche en fruits à indice glycémique bas (fruits noirs et rouges), agrumes, pommes ou encore figues.

Enfin, mieux vaut éviter ✋🏻 les aliments goitrigènes : soja, crucifères, navet, manioc, patate douce… Ils contiennent des substances qui peuvent entraver la bonne captation de l’iode (et conduire à l’apparition du goitre).

Symbolique de la thyroïde

Terminons par une perspective différente et donc complémentaire. Penchons-nous sur la symbolique de cette glande précieuse. Je l’annonçais au début de cet article, sa forme en papillon rappelle la croissance et la transformation (chrysalide). Celle du foetus, certes, mais aussi celle du cerveau 🧠 et du système nerveux. Elle fait brillamment écho en cela à certaines de ses fonctions-clés. 

Message de notre corps

La symbolique de la thyroïde renvoie aussi à son action sur l’activité de notre métabolisme. Qui dit hypothyroïdie dit aussi ralentissement du métabolisme : fatigue, constipation, prise de poids, perte de cheveux… Ce qui soulève autant de questions pertinentes sur notre mode de vie, notre hyperactivité et les messages d’alerte que  tente de nous envoyer notre corps. Mon dernier post sur le biorythme renvoie justement à ces questions. Comment écouter ces messages ? Savons-nous leur accorder la place qu’ils méritent ? Quid de notre équilibre global ?

Énergétique et psychologie positive

En énergétique, la thyroïde occupe la place du chakra de la gorge. Source de toute communication, son altération indique la perte de parole, le silence choisi ou imposé 🙊 qui coupe le lien avec notre vérité et notre être, qui gomme l’estime de soi. 

Pour retrouver confiance et voix (voie), nous pouvons nous tourner vers la psychologie positive et notamment la pratique de la gratitude🙏🏻. Au terme d’une journée bien remplie, trouvons le temps de dire merci à tout ce qui a ensoleillé notre quotidien : les êtres, les choses, la nature. Cela nous fera redonner du sens à notre environnement, nous aidant à y trouver notre place, en toute confiance.

Ensemble, c’est mieux !

En consultation j’accompagne de nombreux sujets souffrant d’hypothyroïdie. A travers une hygiène générale et une micro-nutrition ciblée, relancer l’activité thyroïdienne – analyses à l’appui -, c’est possible ! Comme toujours, l’improvisation n’a pas sa place. Veillez à vous tourner vers votre thérapeute pour cheminer en toute sécurité. Il s’agit plus que jamais de définir et comprendre le terrain de chacun à un instant donné. Pour cela, votre naturopathe peut avancer main dans la main 🤝 avec votre médecin. Ensemble, ils peuvent mettre en place une prise en charge véritablement personnalisée et adaptée à votre cas de figure.

Sonia Robino

 

Photos : Kurt François via Unsplash, Cottonbro via Pexels, Fotolia, Kate Hliznitsova via Unsplash, Daria Shevtsova via Pexels, Ephraim Mayrena via Unsplash, Daria Shevtsova, Valeria Ushakova, Akshaya Premjith via Pexels, The Tampa Bay Estuary Program, Natalie Sisko via Unsplash, Pixabay, Fabien Burgue, Maria Orlova via Pexels, Ryutaro Uozumi, Annie Spratt et Karina Vorozheevavia Unsplash.

Comments (1):

  1. Witold Czamanski

    avril 27, 2022 at 9:27

    Très intéressant, on sent du vécu dans cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.