5594636637.8dd5717.718a7d5c0b534ba18496c5e0daead375
bysohealthy naturopathie oxydation

Comprendre et prévenir l’oxydation cellulaire

L’oxygène est indispensable à notre vie sur terre et nous accompagne de notre premier souffle… jusqu’au dernier. Carburant vital, il a permis à l’homme de s’adapter à la vie et d’évoluer au fil du temps. Toutefois, il intervient aussi dans un processus moins connu (et moins glorieux) : l’oxydation des cellules. Or, ces dernières sont les composants primordiaux au bon fonctionnement de notre organisme. Imaginez que l’oxydation, c’est comme si les cellules rouillaient.

Dans cet article, je vous propose de découvrir 🧐 l’oxydation cellulaire et ses conséquences, ainsi que les différents acteurs qu’elle implique et le rôle primordial de la prévention.

La santé cellulaire

Des cellules en bonne santé, ce sont des cellules dont la membrane est constituée d’oméga-3, de phospholipides et de cholestérol. Ce dernier, si souvent vampirisé aujourd’hui, trouve ici une application essentielle. Quant aux oméga-3, ce sont des acides gras poly-insaturés extrêmement fluides qui permettent à nos cellules, parmi lesquelles les neurones, de se connecter entre elles, d’échanger des informations et de se faufiler dans les moindres recoins.

Efficaces 💯, ces acides gras oméga-3 font pourtant preuve d’une grande fragilité lorsque soumis à l’oxydation. Sous son effet, la cellule subit une dégradation comparable à l’action de la rouille. 

Qu’est-ce que l’oxydation cellulaire ?

La toxicité de l’oxygène tient avant tout d’une réalité chimique. L’oxygène participe à une série de processus de fabrication d’énergie au sein de notre organisme. C’est le cas notamment d’une molécule, l’ATP, énergie ⚡️ produite par nos mitochondries. Ces dernières se chargent du métabolisme énergétique vital pour nous. Elles jouent un rôle clé dans le bon fonctionnement de notre organisme.

Recherche électron désespérément

Seulement voilà, ce métabolisme implique toute une série de processus chimiques intermédiaires toxiques ☠️ à l’origine des radicaux libres. Pourquoi sont-ils toxiques ? Parce qu’au cours de leurs transformations, les molécules perdent un de leurs électrons. Elles deviennent ainsi instables et se lancent dans la quête désespérée de l’électron manquant. 

Pour pallier cette perte, ces molécules vont saisir l’électron de leurs homologues. Résultat ? Des réactions en cascade et l’apparition de radicaux libres pouvant même aboutir à la mort cellulaire !

Heureusement, cette toxicité de l’oxygène – tout à fait naturelle – a conduit notre organisme à s’adapter ! Pour cela, il a développé des mécanismes et stratégies de défense 🛡anti-oxydants. Tant que ces systèmes ne sont pas débordés, tout va bien…

Focus sur le stress oxydatif

Le résultat du déséquilibre entre les radicaux libres produits et les défenses anti-oxydantes est ce que nous appelons le stress oxydatif 😰.

Si celui-ci puise son origine première dans les fonctionnements physiologiques qui nous animent, il est aussi aggravé par des facteurs externes. Et c’est là que tout se gâte.

Tabagisme, alcool, drogues, pollution atmosphérique, exposition excessive au soleil, activité sportive à outrance, inflammations chroniques, stress psychologique sévère et chronique… autant de facteurs aggravants du stress oxydatif et qui grippent la machine. 

Sous le poids conjugué de l’oxydation fonctionnelle de l’organisme et de celle due à des facteurs exogènes, les mécanismes d’adaptation dont nous faisons habituellement preuve sont dépassés et perturbés.

Le stress oxydatif prend alors la main et provoque l’oxydation d’éléments tels que les protéines, les lipides, les sucres… Nous assistons à un ensemble de phénomènes qui accélèrent le vieillissement et viennent parasiter et encrasser notre bon fonctionnement.

Quelles conséquences sur notre santé ?

Le stress oxydatif est connu pour être l’une des causes majeures de certaines maladies telles que les maladies neuro-dégénératives 🧠 (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques, les maladies inflammatoires rhumatismales ou digestives, la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) ou le vitiligo. Dans le cas de ce dernier, la cellule productrice de la mélanine meurt des suites du stress oxydatif.

Parmi les autres affections ou troubles, citons également l’apnée du sommeil 💤, le diabète (pathologie métabolique), les maladies cardio-vasculaires et les maladies infectieuses (Sida, hépatite C…).

D’une manière générale, l’oxydation cellulaire accélère le vieillissement cellulaire et se traduit par l’apparition de nombreuses maladies et l’affaiblissement du système immunitaire.

Systèmes anti-oxydants

Contre les radicaux libres, l’organisme dispose de systèmes anti-oxydants. Nous en distinguons deux :

  • Les systèmes anti-oxydants enzymatiques : il rassemble les anti-oxydants enzymatiques qui sont en première ligne lorsqu’il s’agit de lutter contre les radicaux libres.
  • Et les systèmes anti-oxydants non enzymatiques : parmi eux, une catégorie de molécules particulièrement aguerries 🥊 pour lutter contre la propagation de l’oxydation : les polyphénols. Présents dans le monde végétal, leur apport se fait grâce aux fruits et légumes qui en sont riches. Nous retrouvons notamment ici le glutathion dont je vous parlais tout récemment dans ce post. Sa production est boostée par la N-acéthyl cystéine (rapprochez-vous de votre naturopathe pour toute prescription). Cette classe de composés vise littéralement à piéger les radicaux libres.

Les deux font la paire 

Citons aussi en prévention une paire 👥 de choc. Ensemble, la lutéine et la zéaxanthine colorent la macula de l’œil et filtrent une partie de la lumière bleue et des ultraviolets, protégeant ainsi l’œil et la vision des radicaux libres. Une augmentation de la consommation de lutéine et de zéaxanthine se traduit par une diminution du risque d’oxydation de la rétine liée au vieillissement.

La lutéine est présente dans le maïs, les courgettes, les navets, les crucifères (choux, brocolis…) et légumes verts en général.

La zéaxanthine est essentiellement présente dans certaines plantes telles que la tagète disponible sous forme de complément alimentaire ou encore dans les épinards et les courges.

Alimentation : équilibre et variété

Nous en arrivons tout naturellement à parler de l’alimentation. Elle est essentielle lorsqu’il s’agit d’apporter une réponse naturelle à l’oxydation cellulaire et à l’accélération du vieillissement cellulaire. Elle permet de faire le plein d’anti-oxydants, apportant un coup de pouce bien venu à notre organisme.

Au-delà des légumes mentionnés ci-dessus, il est important d’intégrer à notre assiette une grande variété de fruits et légumes. Plus ils sont colorés, plus leurs propriétés anti-oxydantes sont élevées. Sans oublier qu’en fonction de leur couleur, les anti-oxydants diffèrent. Dans ce cas précis, variété rime aussi avec richesse.

Notons au passage que les fruits rouges sont produits par la nature surtout en été. En cette saison-là, le soleil tape fort et rejoint les causes d’oxydation cellulaire. Bien fait et généreuse, la nature veille à nous fournir les bonnes choses, au bon moment.

Ce que nous venons puiser au sein de ces fruits et légumes, ce sont des vitamines (C et E, par exemple), ainsi que du bêta-carotène, des polyphénols et caroténoïdes.

⚠️ Bien évidemment, une alimentation vivante, de saison, bio et non transformée est essentielle. Je vous en dis plus à ce sujet dans cet article que je vous invite à (re)lire.

La supplémentation

Une supplémentation réussie dans le contexte de l’oxydation cellulaire est avant tout une supplémentation sur-mesure, équilibrée ⚖️ et multiple. Mieux vaut donc prévoir l’absorption d’un complexe d’anti-oxydants plutôt que d’un ou deux anti-oxydants isolés. En effet, la multiplicité des anti-oxydants est une réponse à la hauteur de la multiplicité des molécules oxydées.

Il est important de noter aussi que cette supplémentation ne doit pas se faire de façon arbitraire : les bonnes alliances de vitamines, par exemple, garantissent le succès de leur rôle anti-oxydant. 

A l’inverse, des mésalliances ou la prise de certaines vitamines seules peuvent s’avérer contre-productives voire nocives ☣️ (c’est le cas de la prise isolée de vitamine E, par exemple). En termes de micronutrition en anti-oxydants comme la vitamine C ou E, certaines formules sont préférables à d’autres pour leur biodisponibilité. D’où l’importance d’un suivi naturopathique sur-mesure. Ce dernier assure la mise en place limitée dans le temps – c’est important ! – correctement ciblée et calibrée de la supplémentation.

Je bouge donc je suis

Ces dernières années, de nombreuses études ont montré qu’une activité sportive régulière et modérée a un double effet : 

  • Elle fait diminuer la production de radicaux libres
  • Et parallèlement, elle augmente la production d’anti-oxydants 

Afin d’éviter la sédentarité, essayons de trouver une activité ⛹🏼 qui nous corresponde et qui nous procure du plaisir. C’est là un facteur essentiel, bien souvent garant de notre assiduité et donc de la réussite de l’intégration du sport à notre quotidien.

A cet effet, il peut être bon de retrouver le goût du sport en commençant par une période de détox psychologique et numérique (enfin !) qui nous éloigne de tous nos écrans. Et nous incite à nous lever et bouger. 👉 Je vous renvoie pour cela à cet article. Il aborde le sujet en détail, y compris les dangers de l’oxydation liés à une pratique sportive excessive. Comme souvent, la modération est de mise.

Un autre type de stress 

Nous abordons souvent le stress dans les articles de ce blog (notamment dans celui-ci) et les différents posts publiés sur les réseaux sociaux (en voici un exemple). Il n’est pas surprenant de le retrouver une fois encore mis en cause dans un processus néfaste de dérèglement de notre organisme.

Les hormones de stress libérées lorsque nous sommes soumis à une pression excessive répétée et durable, tant physique que psychologique, contribuent à l’oxydation cellulaire et à l’accélération du processus de vieillissement de nos cellules.

Par conséquent, il est important d’inscrire dans notre démarche préventive, la libération de nos émotions (abordée ici) et la gestion au quotidien d’un trop-plein émotionnel. A a la longue, ce dernier déséquilibre les mécanismes naturels de gestion et enraye le bon fonctionnement de notre organisme dépassé par ces sollicitations chroniques.

La fatigue s’inscrit également dans un processus d’oxydation. Le surmenage traduit avant tout une perte d’énergie cellulaire. Il indique un dysfonctionnement du métabolisme, plus précisément du système énergétique. Ce sont donc les cellules qui sont touchées en plein cœur.

Parmi les approches naturelles et non invasives à prendre en considération, citons la méditation 🧘🏻, la relaxation, la sophrologie, le breathwalk 🚶🏽‍♀️, la luxopuncture, l’écrithérapie, la sonothérapie

Elimination des déchets

Nettoyer le corps des éléments toxiques tels que les déchets métaboliques, tel est le rôle des cinq émonctoires. Poumons, peau, reins, intestin et foie sont de véritables portes 🚪de sortie. Nous pouvons soutenir leurs actions tout au long de notre vie afin de garantir un cycle efficace d’élimination des déchets. Cela nous permet en outre de prêter main forte à notre système immunitaire, première barrière contre les attaques tant externes qu’internes. Sans oublier que le bon fonctionnement de ces émonctoires évite de surcharger les autres fonctions de l’organisme.

Afin de les soutenir, il est important de bien respirer 🌬 : respiration ventrale ou cohérence cardiaque sont d’excellents exercices faciles à adopter au quotidien. Respirer un air de qualité est favorable à notre respiration cellulaire. Une balade en forêt, au bord de l’eau et même dans un parc en ville, sont autant de façons d’apporter un oxygène de qualité à notre organisme.

L’hydratation a également son mot à dire afin d’aider les reins à éliminer les déchets et éviter ainsi l’encrassement. 

Il existe aussi différentes méthodes de drainage des émonctoires (jeûne, cures de jus.). Parmi elles, les fameuses détox. Elles ont fait couler beaucoup d’encre et une chose est sûre : quelle que soit la cure, elle doit être mise en place et supervisée par un spécialiste. En fonction de votre terrain et de vos objectifs, elle prendra différentes formes qu’il est important de ne pas improviser si l’on souhaite encourager une régénération adaptée.

Un indicateur clé 

Le rôle de la prévention, tout au long de notre vie, est essentiel. Il prévient l’oxydation cellulaire excessive et le vieillissement conséquent. Cela est d’autant plus vrai que le niveau d’oxydation cellulaire est un véritable indicateur 📉 de notre état général de santé. En d’autres termes, les indicateurs de l’oxydation cellulaire se manifestent bien souvent en amont du déclenchement d’une pathologie ! C’est dire leur importance.

Ce qu’il est intéressant de noter, c’est qu’il est possible de ramener les deux forces en présence  – radicaux libres et systèmes anti-oxydants – vers l’équilibre en donnant à notre corps les armes nécessaires pour s’adapter. Et finalement, cette capacité à revenir à l’équilibre (homéostasie) n’est-elle pas la meilleure expression de sa pleine santé 😉 ?

Or, grâce à son approche personnalisée, la naturopathie permet d’évaluer votre terrain oxydatif, d’améliorer votre hygiène de vie et de mettre en place un suivi de contrôle. Pour en savoir plus, je vous invite à me contacter et à explorer ce vaste sujet ensemble.

Sonia Robino

Photos : Philip Ackermann, Cottonbro, Martin Lopez, Markus Distelrath, Oleg Magni, Daria Shevtsova, Fauxels, Any Lane, Cottonbro, Leandro Boogalu, Olya Kobruseva, Vlada Karpovich, Pixabay, Elizaveta Dushechkina via Pexels.

Comments (1):

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.